Environnement et durabilité

La protection de l’environnement est actuellement un sujet à débattre. Les inondations du mois d’août, ayant gravement touché l’Allemagne, prouvent qu’il est temps d’agir. Les premières conséquences de l’effet de serre se sont montrées désastreuses, et vont malheureusement se montrer encore plus dévastatrices dans l’avenir. Beaucoup de sommets, dont celui de Johannesburg qui a récemment eu lieu, commencent à s’intéresser à la préservation de la Terre. Malgré tout, la situation ne s’améliore en aucun cas. Chaque jour, une centaine d’espèces animales ou végétales meurent. Leur nombre a diminué d’un tiers au cours des dernières années et même de la moitié dans les milieux marins.

Les résolutions qui ont été décidées sont loin d’être atteintes et la situation s’est même empirée. Pour cela les pays de l’Union Européenne devraient investir seulement 1% ou 2% du produit intérieur brut, afin de réduire la consommation de CO_ de 50%.
Pour rendre notre économie, environnement et société durable, il faut procéder à un changement d’esprit. L’industrie européenne, la communauté des Etats et chaque citoyen doivent être prêts à prendre des responsabilités sur cette Terre, qui rendent possibles, aux générations futures, une qualité de vie au moins semblable à celle d’aujourd’hui.

Cela nécessite des mesures en profondeur et des réformes courageuses dans court délai. Nous demandons une « taxe écologique » (Ökosteuer) sur les quatre points suivants:

  • les matières premières

  • l’électricité à partir de ressources énergétiques non-régénérables

  • la pollution de l’eau, de la terre et de l’air par les entreprises

  • une taxe de péage sur les transports de biens par camions, afin de les transférer sur rails

Nous demandons également des mesures, afin d’éveiller une conscience environnementale comme un dimanche sans voitures 4 fois par an à travers toute l’Europe. Les hommes doivent pouvoir reconnaître qu’ils peuvent renoncer à certains luxes. Nous demandons également une fin aux loisirs, comme les courses automobiles ou l’élargissement des pistes de ski, nuisants à l’environnement.

Nous avons aussi eu l’idée de l’introduction d’une « Öko-card ». Elle doit récompenser financièrement l’attitude envers la consommation écologique. Elle représente ainsi un « carte bonus » grâce à laquelle on peut collectionner des points, permettant ainsi la diminution d’impôts, en fonction du comportement du consommateur en matière écologique.

Dans l’avenir, de gros problèmes existentiels pour les hommes vont survenir sur la Terre. Nos propositions de solutions ne peuvent être qu’un début. Il s’agit de notre avenir dont l’engagement doit commencer dès aujourd’hui et qui ne doit pas être repoussé aux générations suivantes. Nous demandons donc changement d’esprit de profondeur dans le quotidien. Chacun de nous devra changer.

La durabilité ne peut changer que de cette manière. Ceci ne peut se réaliser qu’avec du courage.

« Das Gegenteil von Nachhaltigkeit ist Selbstmord » (WWF) :
Le contraire de la durabilité est le suicide